Croisements, Wu Jianwen et Shunfeng Kuaidi

Grues

Fan de la première heure du Festival Croisements, vitrine de la culture française en Chine, j’ai cette année encore récupéré le programme avec beaucoup d’émotion.  Nous étions à Pékin lors de la création du Festival en 2006 par Pierre-Jean de San Bartolomé et son équipe en clôture des Années Croisées et avions suivi d’assez près sa mise en place, ayant même la chance de poser en famille aux côtés d’amis chinois pour une photo façon portrait d’ancêtre autour de la pêche à la ligne prise par Pierre-Jean.  Nous étions alors loin de penser que Croisements serait reconduit chaque année (et qu’on serait toujours là pour le voir !), et pourtant : en 2007 ou 2008 notre amie Pov Olympe posait avec un jeune danseur chinois pour l’affiche officielle ( son mari MarathonMan avait adoré), en 2010 nous trinquions à Canton avec Vincent Pérez et Josianne Balasko, et cette année ma foi, j’ai ri toute la soirée de vendredi.

Après le concert de Kerenn Ann l’an dernier c’est une expo photo à l’académie des Beaux-Arts qui a ouvert les festivités le 11 avril, consacrée à Jacqueline Salmon, française, et Wu Jianwen, cantonais. « Nuages et racines » pour la France, « Grues » pour la Chine. J’ai beaucoup aimé l’expo « Grues », présentée par l’artiste, presqu’aussi bon orateur que photographe. On a sympathisé autour de quelques photos « yiqi » (ensemble) devant ses grues géantes, et de son book présenté à l’entrée de la salle : « J’adore tes photos , c’est le catalogue de l’expo ça ? On peut l’acheter ? » « Bu shi bu shi, et vas-y que je t’appelle ma femme et que je rigole, la petite elle veut acheter mon bouquin de photos t’y crois ? C’est que c’est pas un livre, c’est mes originaux madame, tirés en deux exemplaires, hen kui hen kui ! ( très cher, très cher !), c’est même pas à vendre ! Bon bah pas grave hin, on reste copains, et vas y que je t’accole sur wechat (le what’s app chinois) et que « renshi ni hen gaoxin » ( je suis content(e) d’avoir fait ta connaissance) , keep in touch »
On finit le tour du magnifique buffet de l’expo avec Catherine-Accueil, on va faire les courses en face (super boutique d’art , crayons, encres, pinceaux, papiers, bombes de peintures, masques à décorer, etc..), j’arrive juste à l’heure à la maison pour me changer avant de ressortir m’occuper des enfants en cette douce soirée de printemps et là, tadammmm, mon téléphone sonne.
« Weeeeiiiii ? …. (voix masculine qui parle mandarin à toute vitesse… j’ai du mal à comprendre) Wo shi Wu Jianwen…  »
« - On dirait le nom du photographe… : ni shi pai zhaopian de ren ? (tu es le monsieur qui prend des photos ? ) (faute de savoir dire photographe on s’exprime comme on peut…)
- bu shi , wo …….xwzzzxwzxwzxzxzzxwxwww… débit à toute vitesse en chinois, je ne comprends rien. Bon ça ne doit pas être lui, et je ne vois pas pourquoi il m’appellerait.  Ca doit être un marchant de tissus pour mes commandes de ce matin !
- Tu vends du lin ( yama bu)?
- bu shi ( non ) !
- Tu vends du cotton ( mianbu)?
- BU SHI !
- Tu vends du jean alors ( niuzaibu  )?
- BBBUUU SSHHIII !!!!!
- Ha, wo zhidao (je sais) ( toute fière) , NI SHI SHUNFENG KUAIDI ! ( tu es SF Express ! ) (la société de coursiers avec laquelle j’envoie tous mes paquets)
- bip bip bip…. C’était bien Wu Jianwen, qui n’a pas du comprendre ma traduction de « photographe » et a fini par raccrocher après avoir salué.

Mais pas vexé le Wu Jianwen, et plutôt grand seigneur : j’ai reçu les photos du book sur wechat dans la soirée !

Dans le programme cantonais de Croisements 2014, à découvrir sur le site dédié, j’ai particulièrement repéré :
Xavier de Maistre, harpiste toulonnais, le 20/04 au Xinghai Concert Hall de Canton
Keren Ann le 26/04 au Xinghai Concert Hall (j’ai beaucoup aimé le concert de l’an dernier et ai très envie d’y retourner)
Guo Gan & Adrien Frasse-Sombret, er’hu et violoncelle, le 26/04 également à l’opéra de Canton
Festival piano aux Jacobins les 11 et 25/05 à l’opéra de Canton
La rétrospective Claire Denis du 13 au 15/05 au 1st workers’ Cultural Palace
Le Fil Rouge (musique et danse) le 18/05 au Children Palace N.2
Le pianiste Alexandre Tharaud le 21/05 au Xinghai Concert Hall
Les petits chanteurs à la croix de bois le 24/05 à Xinghai Hall, à voir avec les enfants
L’expo Paris-Pékin- Les français photographient la Chine au musée des Beaux-Arts du Guangdong du 6/06 au 6/07
J’assume des goûts plutôt classiques, et vous invite à consulter Catherine-Accueil pour du plus fun ou plus contemporain. Elle a déjà prévu d’organiser un bus pour aller écouter I AM à Shunde le 21 juin pour la fête de la musique !

Le 11ième Panorama du Cinéma français est attendu cette année à Shenzhen, les dates exactes et les artistes en visite restent à confirmer. Là encore nous étions à Pékin pour la première édition : un film avec Sophie Marceau (who else ?), projeté dans une université, où je m’étais rendue avec la femme du chef de mon mari. Je me souviens de la joie d’être rassemblés avec pas mal de copains autour de ce film, et … de la pause pendant le film de manière assez précise, puisqu »à la chinoise de l’époque » n’y avait pas de porte aux toilettes. Super manière de faire connaissance avec Mme Duboss !

Bon Festival Croisement à tous !

Share

Expo Une Fille en Chine à la bibliothèque de Canton

Vitrine Une Fille en Chine 500px

Merci à tous pour les commentaires et mails reçus suite à mon dernier billet. Lecteurs et lectrices, connaissances perdues de vue, anciens collègues, amis pas encore prévenus, vos messages personnels ont été nombreux et m’ont apporté réconfort et soutien. Le printemps est là maintenant, c’est Man qui plante le jardin et on continue à avancer.

L’année avait pourtant vraiment bien commencé. Trop bien ? On dit chez les chtis qu’ « au bout ça retourne ».Découverte, histoire et gourmandise à Penang le 1er janvier ( avec un coup de coeur pour l’Eastern & Oriental Hotel, magnifique), tobogans géants et bougies d’anniversaire pour les kids le 2, et … inauguration de la première expo Une Fille en Chine à la bibliothèque de Canton le 9 aux côtés de Kiwo Créations, dans le cadre du cinquantième anniversaire des relations diplomatiques franco-chinoises. L’expo est terminée depuis le 16 février, mais je ne pouvais pas ne pas vous en parler.

J’ai cru rêver quand les responsables du département interculturel de la nouvelle bibliothèque de Canton nous ont proposé via une amie commune d’exposer quelques pièces de nos collections en ouverture de l’année du cinquantenaire, « if you are OK of course ».  » Yes I am ! »
Ci-dessus la photo d’une vitrine dans laquelle j’ai mis tout ce que j’aime : couleur,  convivialité, partage, rencontre des cultures, et lecture bien sûr, avec deux piles de livres français et chinois sous les vanitys. Un pur régal que de me balader dans les rayons de la bibliothèque aux heures de fermeture et choisir les auteurs à mettre en avant. Gide, Kundera et Simone de Beauvoir, qui ont marqué mes années de khâgne, Verlaine pour la poésie, Muriel Barberry pour son hérisson, Catherine Cusset pour le clin d’oeil aux copines, et Gide encore je crois. Je n’aurais pu rêver d’un meilleur endroit pour cette première expo : au milieu des livres, dans un tout nouveau bâtiment magnifique, ultra moderne et lumineux de Zhujiangxincheng ( littéralement nouvelle ville de la rivière des perles), quartier qui me tient tant à coeur. La bibliothèque a été inaugurée en décembre 2012, et rassemble 8 à 10 000 lecteurs par jour le week-end, avec des pointes à 30 000 pendant les vacances du nouvel an chinois.

L’ouverture du ‘festival franco-chinois » par le Consul Général de France qui conclu son discours en invitant le public à « parler français, lire français, s’habiller français et décorer français (yes !)  » était suivie d’une rencontre co-animée avec Isabelle, la créatrice de Kiwo Créations, au cours de laquelle nous avons présenté notre travail et son inspiration puisque nos deux marques sont marquées par la Chine et l’Asie. L’occasion de brandir des thermos émaillés d’origine ou des vestes  Miao brodées et d’expliquer que tout c’est ça qui m’inspire : la culture chinoise, le « da hong » (rouge chinois) , les qi pao (robes chinoises traditionnelles), les noeuds, les biais, les fleurs, et que sans mon expatriation en Chine je serais sûrement encore en train de marketer des yaourts à Paris. « Because when I was a kid, I didn’t dream of becoming a designer. I definitly wanted to be a writer. But just in case, I also studied business ».
Il y avait une soixantaine de personnes dans le public, exclusivement chinois, avec une moyenne d’âge assez jeune et beaucoup d’échanges. Certaines questions ont été amusantes, telle la première, d’une étudiante : « Aurais tu une photo de comment tu était avant d’arriver en Chine ? – Pardon ? – Bin oui tu as dit que la Chine t’avait changée ! » (bah a part deux trois rides je suis quand même restée à peu près la même en photo !). Next please ? « Tu préfères Pékin ou Canton ? » Facile. Avant je préférais Pékin, et maintenant je préfère Canton. « La France ne te manque pas ? »  » Avec mon plaid Paris-Pékin j’ai la Tour Eiffel tous les soirs dans mon salon. Reste juste à trouver un système pour la faire scintiller toutes les heures ».
Le fameux « Paris-Pékin », l’un de mes premiers plaids en cashmere et soie était pour moi la pièce maîtresse de l’expo puisque la plus proche du thème du cinquantième anniversaire des relations diplomatiques, mis en perspective dans une « conversation » avec le plaid « Hangzhou » et ses poteries chinoises, avec Gabrielle Chanel en modératrice sur la table basse. Nos interlocuteurs ont été globalement étonnés de voir que j’avais commencé Une Fille en Chine en travaillant exclusivement le « Dong bei da hua bu » (tissu à grosses fleurs du Nord-Est littéralement, autrement dit le tissu « Pivoines » ), qui représente ici l’ancien temps et une tradition révolue. « Mes grands-parents en ont reçu pour leur mariage ! » « Bin s’il vous reste un coupon d’époque tu sais où me trouver ! »

Un magnifique moment d’échange donc, beaucoup d’émotion, et je dois dire aussi une certaine fierté de présenter mes pièces Une Fille en Chine préférées dans un tel lieu, avec un public sensible à ma démarche de travail dans la tradition chinoise, y compris pour ce qui est de la fabrication puisque tout est fait main dans de petits ateliers indépendants menés par des femmes.
Un grand merci à la bibliothèque de Canton de nous avoir offert espace et visibilité, à Huang Ying pour la mise en relation et l’interprétariat, et au public qui nous a fait l’amitié d’assister à notre atelier et de nous donner son avis sur notre travail.

Conversation 500px

Pivoines et Kiwo 500px

DSCN3704

Share

Où tu vas, Papa ?

IMG_5844

De retour dans le boudoir après quelques semaines bien difficiles.

Deux mois que papa est parti, et un mot pour vous dire à quel point un message, courrier, mail ou texto, peut être un vrai soutien en cas de drame. J’ai parfois hésité à me manifester auprès d’amis en deuil, par peur de m’immiscer dans leur intimité ou ne pas choisir les bons mots, moi qui n’avais jamais souffert. J’avais tort. N’hésitez jamais.
Ce sont la présence et les messages de mes proches qui m’ont permis d’avancer, avec la force de celle que j’admire plus que tout et qui pourrait soulever des montagnes, le calme et le courage de celui qui est désormais plus grand que moi, et l’amour de mes trésors, grand et petits. Poésie et messages personnels m’ont été d’un profond réconfort ; les mots sont une chance.

Tu es parti papa, mais tu es toujours avec moi. A chaque livre que j’ouvre, chaque arbre que je vois, chaque sourire généreux qui se dessine.

La vie continue, on te doit bien ça. D’ailleurs on a souri chaque jour depuis deux mois, et parfois franchement ri. Tout en pensant à toi, selon le texte que nous avons choisi de retenir et partager.

Parlez de moi comme vous l’avez toujours fait.
N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel et triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

 

NB :  Je me permets dans le titre une modeste référence au magnifique livre de Jean-Louis Fournier, « Où on va, papa ? ».

 

Share

Très belle année 2014 !

mosaic blog 500 px

Je vous souhaite à tous une magnifique année 2014, pleine de joie, découvertes, succès et santé.

Quelques clins d’oeil de l’année écoulée, belle et sereine. Mention spéciale pour le tour de France famille & copains de l’été, avec de grands moments de bonheur et d’amitié, la découverte de toute une partie du pays pour les enfants, le tour des vignobles pour les parents et un petit pélerinage à Lyon 15 ans après. Les fêtes de famille étaient très très bien placées !
Une hola pour l’escapade belge en amoureux, les bises-ness trips entre copines à KL et Singap, et le lancement d’Une Fille en Chine en France à l’occasion du salon Côté Sud.
Le père Noel était encore en maillot de bain cette année (plus pratique pour mater ses abdos !) et 2013 s’est terminée doucement, entre ville, jungle et Histoire.

Nous voici prêts pour l’année du Cheval qui commencera à la fin du mois. Allez, au galop !

Share

Si je vous dis Mimi Gwastell… ? (concours gourmand)

Mimi Gwastell

Chaque jour avec mon thé je croque un morceau de Bretagne.

Lundi : croûte à thé , mardi : petit gâteau au pruneau, mercredi : galette bretonne, jeudi, re-croûte à thé et vendredi mon préféré : le petit gâteau au caramel au beurre salé.

Merci qui ? Merci Mimi Gwastell ! Et merci Brieg en l’occurence, créateur des pâtisseries de voyage Mimi Gwastell, qui m’a adressé toute la collection à déguster pour la fin d’année. Copain de promo puis copain de yaourt (membre éminent du boyzband *aillefine au début des années 2000), breton corps et âme (la légende en zone cafét voulait qu’il soit champion du monde de lutte bretonne), Brieg a trouvé le moyen d’unir ses passions pour la Bretagne et les bons produits en créant une marque de gâteaux et pâtisseries bretonnes traditionnelles, élaborés à partir d’ingrédients de la meilleure qualité et de recettes anciennes.

Le terme « Pâtisserie de voyage » m’a interpelée quand j’ai découvert Mimi Gwastell au hasard des news de contacts professionnels sur le web : des gâteaux à emmener, ramener, envoyer et conserver partout où l’on va ? Brieg explique qu’il a eu l’idée de Mimi Gwastell en pensant aux gâteaux bretons que lui envoyait sa grand-mère alors qu’il était expatrié en Suède : résistant au transport, avec un vrai goût de Bretagne. Il les dégustait alors avec un thé, et ça aidait à faire passer les longues journées de travail.
Les longues journées j’ai, le thé aussi, et côté température de mon bureau cette semaine on pourrait se croire à Stockholm. Manquait plus que les petits gâteaux !

Me voici séduite par ces petits morceaux de Bretagne, alternative aux macarons qui avaient jusqu’alors l’exclu pour mes après-midi thé. Et j’adore l’idée de déguster de vraies pâtisseries bretonnes dans une assiette vietnamienne sur une nappe chinoise.

Vous voulez goûter ?
Mimi Gwastell vous offre un coffret dégustation « 12 saveurs chaudes » pour les fêtes, contenant un assortiment de 4 croûtes à thé originales, à l’amande; 4 croûtes à thé noisette et 4 petits gâteaux caramel au beurre salé (celui là même que je viens de m’enfiler déguster ces jours derniers), ou un coffret « saveur fruitée « (assortiment de 3 variétés différentes également).

Pour jouer :
- Choisissez votre parfum préféré de Croûte à thé sur le site de Mimi Gwastell : www.mimigwastell.com
- Revenez sur Une Fille en Chine et laissez un commentaire sur ce billet, avec votre prénom ou pseudo.

Le concours est ouvert jusqu’au samedi 21 décembre minuit heure française, et PtitPrince se chargera du tirage au sort dimanche. Pour des raisons douanières le coffret sera expédié en France, n’hésitez pas à faire gagner vos proches si vous vivez à l’étranger.

Caramel sur le gâteau, Mimi Gwastell vous offre 20% de réduction sur vos commandes en ligne avec le code Une Fille en Chine. A voir aussi  les galettes déguisées en parfum sur la page Facebook , nickel pour un cadeau « homme », on ne sait jamais quoi leur offrir !

On se laisse tenter par la Bretagne pour les fêtes ?

Bonne dégustation…

Share

Concours anniversaire : and the winners are…

tirage au sort

Vous avez été nombreux à jouer pour le concours anniversaire des 7 ans d’Une Fille en Chine, mais… qui a gagné ? Le tirage au sort vient d’être effectué par Ptitprince, coaché par sa grande soeur qui a préparé les papiers numérotés, le tout sous l’oeil bienfaisant des rennes du calendrier de l’Avent.

A l’honneur donc : Singapour, la France, et… les hommes !

Caroline, basée à Singapour, remporte le vanity Rose Une Fille en Chine ( commentaire n. 23).

Audrey, en France, a choisi le bracelet Bao Zhengzhu numéro 3, en camel ( commentaire n. 10)

Et le sac de soirée Bang Bang Tang est gagné par le commentaire n. 4, Zorkamax, dont le sac préféré est « en cuir souple noir, de bonne taille, avec deux poches et il contient un opinel, un tire-bouchon, un porte-monnaie et des lunettes ». Alors Monsieur Zorkamax, puisque votre adresse mail se révèle tout à fait masculine, le petit sac Bang Bang Tang sera peut-être un peu juste pour l’opinel ET le tire-bouchon, mais un décapsuleur ça devrait passer nickel. Surtout porté par une jolie fiancée/copine/femme/amie/soeur/cousine ?

Le tirage au sort des cadeaux Sofitel a eu lieu début décembre. Life is magnifique : il y avait trois inscrits pour deux places d’invités mystères à la soirée « The Battle of the Chefs » , le Sofitel a donc décidé de proposer une place de plus et tout le monde a gagné. Bravo à nos trois invités mystères donc qui nous ont bluffé par leur concentration dans une salle en liesse. J’ai eu la chance de goûter à la mousse au chocolat au foie gras de Mr Bonnat assistée de Mme B (pistonnée… !) , surprenant !
La place gratuite pour assister à la soirée a été gagnée par Maud à GZ.

Un grand merci à tous pour votre participation aux concours.

Et vous savez quoi ? Ce n’est pas fini !
Un dernier cadeau (gourmand) est à venir avant Noel , et on remet ça au nouvel an chinois avec d’autres très belles marques de Chine du Sud.
Bonne chance !

Share

Bao : gagnez votre bijou préféré (concours)

mosaique Bao

« Bao c’est beau ». Facile, efficace, l’une de mes blagues préférées cette année. ( Je sais, j’aurais du être publicitaire, j’ai loupé ma vocation). Bao signifie « trésor »/ »précieux », et c’est le caractère qui compose le mot « bébé » en chinois : baobao / 宝宝。
Notons que baobao peut aussi désigner un sac à main (trésor, précieux… vous suivez ?) mais ce n’est pas le même caractère d’écriture donc rien à voir.
Derrière Bao se cache Claire, basée à Canton, passionnée par les voyages et les découvertes, fan de bijoux et fort adroite de ses mains. La première collection de « bijoux qui vous font voyager » a vu le jour au printemps et s’est étoffée pour l’hiver, avec une ligne de colliers, de bijoux en nacre et de nouveaux bracelets réglables ou sur mesure. Tous les modèles sont faits main, à partir de liens de cuirs et de pièces d’argent, de nacre ou d’acier. Bravo Claire pour cette belle collection et ce joli savoir-faire…

J’adore le modèle « FengYi » et son motif en argent qui ne m’ont pas quitté cet été, et « Fenghua » et son noeud chinois (photo) me feront surement l’hiver, en marine ou chocolat. Le modèle « Cec Yi » , noeud chinois en corde de couleur est aussi très beau, inédit et pile assorti à mes ballerines mais il n’est pas (encore ?) sur le site ; j’ai été pistonnée sur ce coup là.
A vous maintenant de choisir votre bracelet préféré, il est à gagner dans le cadre du concours anniversaire Une Fille en Chine.

Pour jouer :
- Rendez-vous sur le site de Bao : http://baocreation.over-blog.com/
- Choisissez votre modèle de bracelet préféré
- Revenez sur le blog Une Fille en Chine et tentez votre chance en postant un commentaire avec votre pseudo et le bracelet choisi
- Ptitprince se chargera du tirage au sort du commentaire gagnant, et Bao offrira à son auteur le bracelet choisi.
Le concours est ouvert jusqu’au 4 décembre minuit heure française, et comme d’habitude, vous pouvez jouer pour tous les concours du blog simultanément. Le bracelet sera expédié en Asie ou en France.

NB : dernier jour demain pour choisir vos pochettes ou votre vanity Une Fille en Chine préféré, fin du concours demain à minuit heure française.

Share

Bang Bang Tang : gagnez votre sac de soirée (concours)

Bang Bang Tang 500

J’ai craqué récemment sur les petits sacs de Céline, créatrice de la collection de sacs « Bang Bang Tang », basée à Shenzhen. Le système de la ligne « Mon sac à main » est astucieux : tu passes une anse dans l’autre, ce qui au passage présente une autre couleur de tissu, et glisse le tout à ton poignet. « Enfin la solution pour gérer à la fois le verre, l’assiette, le sac à main et les cartes de visite dans les cocktails ! » m’écriais-je en choisissant mon modèle. (enfin surtout le verre et l’assiette éventuelle, il te reste à glisser les cartes de visites là où tu peux…)  »Oui c’est super pratique me répond-elle, tu peux pile y mettre ton téléphone, tes clés, un paquet de mouchoirs et quelques sous. Cela t’évite de prendre un sac plastique pour mettre tout ça quand tu descends chercher tes enfants au bus ». Là je me suis dit que cette fille, je l’aimais bien. Trop fort le coup du sac plastique !

J’ai choisi un modèle en lin gris avec un motif en tissu japonais à application de doré sur la anse, trop beau, et qui va avec tout : une petite robe noire comme un jean pour descendre au bus !  Pour les plus longs trajets Bang Bang Tang propose aussi une collection de modèles en sacs de riz recyclés, tous uniques puisque les sacs sont récupérés au fur et à mesure dans les rues de Shenzhen (denrée rare le sac de riz, puisqu’il est très prisé pour débarasser sur les chantiers), et des modèles un peu plus sobres adaptés aux ordinateurs portables par exemple. Le tout cousu maison par Céline, qui a profité de son expérience à l’étranger pour créer sa marque et sa collection. Nos points communs s’arrêtent là puisqu’elle est par ailleurs spécialiste de l’économie russe et coureuse de marathons !

Céline a accepté avec enthousiasme de participer au concours anniversaire Une Fille en Chine. Mieux, elle a proposé de créer un modèle spécial aux couleurs du blog. « Tu en veux un en soie rose ? »
Voici donc le  modèle « Mon sac à main » Bang Bang Tang pour Une Fille en Chine, à gagner par l’un(e) d’entre vous.
Merci beaucoup Céline, et bravo pour les collections Bang Bang Tang !

Pour jouer :
- Mettre un commentaire sur le blog en décrivant votre/vos sac(s) à main préféré.
Vous pouvez jouer à tous les concours du blog simultanément , n’hésitez donc pas à participer même si vous avez déjà tenté votre chance pour les concours précédents.
- Les commentaires seront pris en compte pour le concours jusqu’au samedi 30 novembre, minuit heure française.
- La main innocente et heureuse de Ptitprince tirera le numéro gagnant au sort.

Pour découvrir tous les modèles de sacs  rendez-vous sur le site de Bang Bang Tang : http://bangbangtang.canalblog.com
Céline peut également créer des sacs sur demande dans le tissu de votre choix ( assorti à une robe par exemple). Vous pouvez la contacter directement Céline via le formulaire sur la page d’accueil du site.

Share

Une Fille en Chine : gagnez votre accessoire préféré ! (concours)

Mosaique accessoires blog

Qui dit concours dit cadeaux, et sponsors. Les marques et créateurs contactées ont tous accepté de jouer le jeux, et il y aura de très beaux cadeaux à gagner jusque fin novembre. Pour les choisir j’ai pensé liste au Père-Noel, et cadeaux parfaits pour (belle)maman/ le frérot/ la tribu des belles-soeurs/ les cousins et /les copines. Ca vous donnera peut être des idées !

On commence par Une Fille en Chine (le sponsor était facile à convaincre !), avec un lot de pochettes plastifiées ou un vanity à gagner.
Pour jouer :
- Choisissez votre lot de pochette ou votre vanity préféré ( toutes collections confondues) sur le site www.collection.unefilleenchine.com
- Revenez sur le blog et laissez un commentaire en indiquant le nom des pochettes ou du vanity que vous souhaiteriez gagner .
Pour mettre un commentaire : cliquer sur le numéro en haut à droite de l’article et remplir le formulaire qui s’affiche. Vous pouvez mettre un pseudo à la place de votre nom, et votre adresse mail reste cachée (elle me servira à vous prévenir si vous gagnez !)
- La main innocente de Ptitprince tirera le numéro gagnant au sort.

Pour la petite histoire les nouvelles collections hiver Happy Family et Teatime ont été inspirées par mes proches ; une façon de leur envoyer un ptit clin d’oeil et de les avoir toujours près de moi. Les pochettes Happy Family portent le nom de mes enfants, neveux, nièces et petites amies ; vive les familles nombreuses ! Comment fais tu pour retenir tout ça ? me demandait-on régulièrement lors de la présentation de la nouvelle collection. Bin… je les ai toujours connus !
Teatime est un sourire aux femmes de mon entourage. J’ai toujours été fan de thé, et l’apprécie encore plus en bonne compagnie. Le thé pour moi c’est Mamie, les Pomets l’hiver au coin du feu, Ladurée avec Serial Shoppeuse ou Caprischia, les après-midi avec Jen, et  même Man, qui ne boit pas de thé mais en a toujours pour moi. Souvent une boite de 100 sachets même si je reste une semaine, faudrait pas manquer ma chérie. Le thé c’est aussi l’Asie et mon nouveau pays, même si en bonne snobinarde je ramène mes boites noires ou vertes de France. Parce que Ladurée, les copines, la madeleine et tout et tout. Ca énervait Saint-Jack au début, maintenant je crois que ça le fait rire.

Alors, Happy Family, Teatime, Riviera ou les traditionnelles Pivoines, quel accessoire préférez vous ?

Le concours est ouvert toute la semaine, jusqu’au mercredi 27 novembre minuit heure française, et le cadeau sera envoyé en Asie ou Europe en fonction de la demande. 

Pour découvrir la collection « en vrai » rendez-vous demain 19 novembre au Gwic Bazaar à Canton (Ersha, Goldarch de 10 à 15h), les 20-21-22-24 et 26 novembre à Hong Kong pour les ventes Soooo French et Conrad Fairs (détails sur le site Une Fille en Chine Collection), le 4 décembre à Shenzhen ( café créa Shenzhen Bienvenue) et le 7 décembre à Kuala Lumpur (marché de Noel français).
En France rendez-vous dans les boutiques de Lyon, Saint-Rémy de Provence et Sanary. Ventes privées en région parisienne  (78/92) les 27, 28, 30 novembre et 1er décembre, invitation sur demande.

Enfin cadeau bonus : un bon de réduction de 20% sur les prix du site et livraison gratuite en Asie ou en France à partir de 100 euros d’achats pour toute commande passée par mail avant le 5 décembre.
Contact mail : cecile@unefilleenchine.com

 

Share

The Battle of the Chefs le 6 décembre au Sofitel Canton : serez-vous l’un des invités mystères ? (concours)

so amazing chefs_0012

Vous aimez la cuisine, les chefs étoilés et la télé ?
Bienvenue sur le plateau de « The Battle of the Chefs » , premier show TV culinaire en Chine, organisé le 6 décembre par le Sofitel Canton.  Sept équipes de chefs étoilés de France et d’Asie assistés de sept « invités mystères » s’affronteront pour réaliser trois recettes en une heure à partir de trois ingrédients surprises, le tout face au public et aux caméras. Let’s cook et que les meilleurs gagnent !
Le projet est organisé au profit de l’association caritative Global Flying Hospital, dans le cadre de l’événement Star Chef 2013 mis en place du 4 au 7 décembre au Sofitel avec 18 chefs étoilés sous l’impulsion du chef Nicolas Vienne, qui allie cours de cuisine par les chefs sur différents thèmes (il reste de la place), compétition culinaire et dîner de prestige.
Présentation des chefs qui se déplaceront spécialement à Canton en vidéo : The Battle of the Chef 2013 .
Il y a du lourd. Et du coup de coeur, puisque Lily Wang notre patissiere préférée sera de la partie, aux côtés notamment de Nicolas Vienne bien sûr, Stéphane Bonnat le roi du chocolat (can’t wait !), Jacques Pourcel, Alain Caron, Chris Salans ou encore Aki Wang, master ès cocktails.
The Battle of the Chefs sera organisée en 3 temps de 19h à 21h30 : 1h de compétition, suvie d’un cocktail dinatoire pour les spectateurs du show, puis de l’annonce des résultats après délibération du jury composé à 80% de professionnels et à 20% d’amateurs.
Et les « invités mystères » alors ? Hé bien ce sont des gens comme vous et moi (enfin, surtout vous), intéressés par la cuisine mais aucunement professionnels, qui auront le privilège de passer une grande partie de la journée avec les chefs, sur scène et dans les coulisses de l’émission, en commençant par un déjeuner en commun. L’après-midi sera consacrée à la préparation du show et à la cuisine, et à partir de 18h, tadaaaam, rendez-vous sur scène avec votre équipe, les caméras de télé et 600 spectateurs. D’après Nicolas Vienne « une heure de compétition cela ne passe pas si vite que cela, surtout pour les spectateurs ». On verra bien, mais je pense que cette heure là, je vais l’adorer.

Super nouvelle : le Sofitel vous propose un concours exceptionnel autour de « The Battle of the Chefs » :
- Un ticket d’entrée à gagner pour assister à la soirée, d’une valeur de 200 rmb
- Deux places d’ « invités mystères » sont réservées pour les lectrices et lecteurs d’Une Fille en Chine !
( quand j’écrivais que cela pouvait être des gens comme vous…)

En pratique :
Pour participer à l’un et/ou l’autre des concours, contacter Carole Bourrée au Sofitel de la part du blog Une Fille en Chine, à l’adresse suivante h6318-sl6@sofitel.com . Un tirage au sort sera ensuite effectué par l’équipe du Sofitel.
NB : Il est possible de participer au concours jusqu’au 1er décembre. L’âge minimum requis est de 16 ans (cuistos en herbe n’hésitez pas!), et chacun des invités mystères (y compris sélectionné dans le cadre du concours) contribue à la collecte de fonds pour l’association en versant 888 RMB.

Carole se tient également à votre disposition pour toute information complémentaire sur l’événement Star Chefs China 2013 et ses différents ateliers, elle est également joignable par téléphone au  (020) 3883 8888*7003

Alors, motivés pour cuisiner ?

Share